“Tizi Ouzou est musulmane” Dites-le au “Point”

Après mon humeur sur ce que font certains algériens de Tizi Ouzou (organisation d’un déjeuné public au mois de Ramadan), la réponse n’a pas tardé.

Espérons que “Point”, dans un soucis de rectitude et de professionnalisme, publiera ces images.

Qu’Allah protège l’Algérie musulmane, et nos frères Kabyles.


Advertisements

En Algérie on aime les produits d’importation : islamisme dégénéré et/ou républicanisme satanique !

Soyons juste, mise à part les connotations orientées de l’article et de son journal, le phénomène décrit plus bas est une résultante directe de ce que produit le sectarisme en Islam et de l’influence poste coloniale ! Au lieu de s’en prendre à la cause du problème, on s’en prend aux effets.

Cette attitude si occidentale de braver les interdits, de casser les tabous (pas tous, bien entendu seulement ceux qu’il est utile de braver). Cette attitude si sataniste (division & mensonge) s’installe au pays. Et durablement. Voila le résultat de ce que l’on nomme l’islamisme politique !

Cette vision de l’Islam si incongrue, si superficielle, si mensongère qui produit (avec l’aide naturelle de l’influence historique et de la superficialité humaine) ce paradigme ! Ajouter à cela une réminiscence historique persistante chez certains frères Kabyles (qui remontent aux conquêtes islamiques, ajouté à cela les pactes franco-“certains-kabyles” durant les premières décennies de la colonisation), vous obtiendrez ce manque de respect envers la religion de toute l’Algérie, y compris la majorité des frères Kabyles ! Ou du moins, le non respect envers une politique bi-polaire en matière de “culte”.

Comme dirait Shams Eddine, l’algérien aime les produits d’importation. Et beh ma foi, la loi du marché ne connaissant que très peu de règles et de limites (sans parler de morale) on importe et le sectarisme islamisé (propulsé par la CIA) et en même temps, le non respect de la religion musulmane sous une forme républicanisée.

Sans oublier que les autorités algériennes devraient prestement abroger cette loi qui pénalise le fait de rompre le jeûne ou de manger en public. Car en Islam, on mange ou rompt son jeûne publiquement quand on est malade ou en voyage. Et de mémoire, le Prophète Paix sur Lui n’a pas vérifié si les hommes qui mangeaient était vraiment malades ou en voyage…Ni ses Compagnons après lui.

Cela amène à un problème plus profond, un problème qui va se poser de plus en plus (dans un contexte d’agression déclarée à l’encontre des pays souverains tels que l’Algérie)  : quelle autorité/légitimité (puisqu’il n’y a pas d’Emirat et de gouvernance islamique pleine) pourrait appliquer – sereinement – la loi islamique alors que l’Islam pratiqué en Algérie est un islam sectorisé/sectarisé et que le marché de la foi est saturé !? Aucune en l’espèce.

Je propose au ministre des “affaires religieuses”  (sic) d’en parler à notre bon vieux président (Qu’Allah lui fasse miséricorde), qu’on en finisse aussi avec cette hypocrisie qui voudrait que celui qui mange en public est un infidèle, alors que les bars et dépôts d’alcools sont ouverts la nuit. Et que l’on puisse discuter avec nos frères Kabyles ou autres pour – vraiment – couper le chemin à ceux qui prônent les extrêmes !

Car je vois d’ici les deux réactions simplistes :

Certains algériens : nous sommes chez nous et nous faisons ce que nous voulons !

D’autres algériens : nous sommes chez nous et nous ne tolérons pas ce que vous faites !

Allez résoudre cette équation alors que vous avez les loups aux portes… Qu’Allah protège l’Algérie et tout pays musulman.

L’article du Point.