Les Frères Musulmans ou l’impasse sectaire

Les victimes ne doivent pas faire oublier la raison et l’Histoire.
Dans la ‘crise’ égyptienne, il y’a une véritable contestation populaire infiltrée par des gens armés qui se battent contre un adversaire institutionnel armé.
Les Frères Musulmans veulent une guerre totale contre l’armée égyptienne et une bonne partie de la population. Ce qu’ils n’ont pas pu faire dans le passé par les armes, ils tenterons de le faire aujourd’hui.
Après avoir brûlé la Syrie, ils appliquent à merveille le concept de guerre de basse intensité.
S’ils étaient vraiment dans le sentier d’Allah, qu’ils rentrent chez eux et préservent le sang des musulmans. Tous les musulmans !
Qu’ils délaissent – pour Allah – la politique et reviennent à ce qu’ils savent le mieux : le social !
Qu’ils cesse de jongler entre des concepts insolubles dans l’Islam du Prophète.
L’occasion fait le larron comme dit le dicton. Les Frères Musulmans furent depuis des décennies dans une posture politique intéressante (du point de vue factuel) car œuvrant dans le social et présentant un islam modernisé à souhait.Ils pouvaient compter sur leur changement de politique après les assassinats et les plasticage des rues égyptiennes pour asseoir une crédibilité politique pour l’avenir.
Sauf que la confrérie, enivrée par l’action militaire en Syrie et en Libye, et aveuglée par l’occasion que représentait la destitution de Moubarak ont renié ce qu’ils avaient toujours clamé : nous ne cherchons pas le pouvoir et nous ne rentrerons dans aucune élection !
Pour revenir aux manifestation, c’est une chose tellement commune : une manifestation “pacifiste” qui tourne au vinaigre à cause de gens armés.
Cela ne justifie pas le massacre commis par les militaires, mais il ne faut pas oublier que les militaires (eux aussi égyptiens) font face à des gens armés – entre autre – par la situation in-sécuritaire en Libye, pays dont les stocks d’armes sont dans la nature ‘égyptienne’ depuis quelques mois.
Les victimes égyptiennes ne doivent pas non plus nous faire oublier le dessein premier de cette organisation sectaire : l’instauration d’un pouvoir islamisé selon des standards extrêmement douteux, théologiquement.
Les images de morts et de blessés (exclusivement des manifestant, alors que les victimes sont aussi du coté des militaires et des civils que les FM canardent allègrement, comme ce matin du coté du boulevard Ramsès) sont légitimement insoutenables. Mais comme à notre accoutumée, ont est noyé dans le sentimentalisme.
Des milliers de syriens furent assassinés, des civils ainsi que des militaires. Et dans ce flot d’images rouges, on oublie (et c’est le but) qui est l’instigateur de ces troubles.
La mémoire collective arabe (et plus encore celle des musulmans d’occident) est sélective et très courte. Pour ne pas dire inexistante !
L’accès à l’information passe – ici en France – par l’image. Les images de gens qui jonchent les rues, des hopitaux bondés de victimes et de corps carbonisés.
Mais qui a accès aux agissement du camps des ‘victimes’ ? Qui connait l’histoire de cette confrérie ? Qui écoute les déclarations publiques des dirigeants de cette secte depuis la chute de Moubarak ?
Si les français musulmans avaient accès à tous ces faits, la vision qu’ils ont de cette confrérie changera du tout au tout.
Je n’oublie pas tout ce qui a été dit par les officiels des Frères Musulmans durant la dernière année, et un peu avant les élections. A savoir que tout opposant à cette confrérie est un apostat en sursis !
Cette posture sectaire originelle et naturelle chez cette confrérie ne laisse que très peu de place au dialogue et à la nuance politique.
Après plus de 80 ans de lutte souterraine pour le pouvoir, il a suffit d’un an de gouvernance et de quelques mois de compagnes électorales (sur fond d’épuration des symboles de l’ancien régime ennemi) pour que le véritable visage des FM apparaît au grand jour.
Les Frères Musulman sont prêts à sacrifier l’Egypte entière (comme le disait un prédicateur l’année dernière : s’il faut sacrifier le tiers de la population, on le fera) pour arriver au pouvoir, et le garder.
Quelques soient les justifications politiques et les crimes perpétrés par les uns et les autres, le bain de sang doit cesser. Car ceux qui meurent sont tous égyptiens.
Et l’une des fraudes des FM qui ont mené à cette situation insoluble, est le mensonge démocratique.
Islamiquement, les Frères Musulmans ont innové un Islam politisé sur un modèle de clivage politique athéiste. Au sein d’une même communauté musulmane.
Ce qui est par définition une chose très grave. Car en Islam, il y’a une seule communauté musulmane. Et tout groupe qui se réclame de l’Islam au dépend des autres désunie et crée les conditions d’une confrontation, tôt ou tard.
Ce qui est en jeu, ce ne sont pas juste les victimes de ces clivages, mais l’Islam lui-même. Certains érudits égyptiens ont dit, il y’a quelques semaines, et avant ces troubles, que l’Islam a été défiguré par la confrérie.
C’est une chose vraie pour celui qui sait lire la Prophétie.
Créer un parti politique dit “islamique” dans un pays musulman, s’opposer à une partie des musulmans et finalement accéder – par les urnes – au pouvoir (formel) a exposé les Frères Musulmans à adopter les usages de ce système politique.
Là où Moubarak n’avait aucun soucis à adopter des positions anti-islamiques, il n’était pas taxé de menteur ou de corrupteur de religion. Car il ne se réclamait pas de l’Islam et avait accepté pleinement le paradigme démocratique.
Sauf que la confrérie se réclame de l’Islam.
Même le partis Salafi égyptien leur avait tourné le dos, car estimant qu’ils avaient menti et ne teneaient pas leur engagement.
Parti Salafi qui, soit dit en passant, commis la même erreur que ses alliés de la confrérie.
Tout cela fut dit par tant de gens, dans le passé. Mais les gens sont pollués par la conception démocratique illusoire et satanique du tous-contre-tous.
Et l’Armée Égyptienne a de fait le pouvoir en Egypte. Avant et après les Frères Musulmans.
Dans ce contexte très précis, si – comme prétendent les officiels des Frères Musulmans – leur but est de sauver l’Egypte et d’appliquer la loi d’Allah. Alors qu’ils préservent la vie des musulmans et fasse comme leur prédécesseurs. C’est à dire, casser leur armes et se prendre des épées en bois.
Qu’ils appellent les gens à rentrez chez eux. Qu’ils déposent les armes, en Egypte et en Syrie.
Qu’ils dissolvent la confrérie, car la seule confrérie autorisée en Islam est celle des musulmans. Tous les musulmans égyptiens.
Qu’ils assistent l’armée égyptienne dans la construction du pays.
Qu’ils apprennent aux gens l’Islam tel quel, et non cet islam dénaturé qui ressemble à un protestantisme à peine voilé !
Qu’ils fasse taire les hommes et les armes dans les pays musulmans, où les FM ont leur officines.
Qu’ils renoncent au pouvoir, même si dans le paradigme démocratique ils sont politiquement légitimes, et cela pour préserver l’Egypte.
Nos prédécesseurs ont fait de même. Tel Al Hassan, qu’Allah l’agrée.

Les répercutions de cet Islam politisé et utilisé à des fins sectaires montrent aussi sa dangerosité dans d’autres pays comme la Tunisie.
Pays dans lequel le même scénario est en train de voir le jour : contestation anti-Nahda, durcissement du ton de la part du gouvernement actuel (menaces), manifestation, débordement, intervention de l’armée…ect.
Et l’Hiver Arabe apparaît clairement non comme une entreprise politique difficile devant mener à une émancipation politique à l’Occidentale (le modèle démocratique) mais à l’application sur le terrain de projet du Grand Moyen Orient initié par le criminel George.W.Bush à l’époque. Et que beaucoup pensent qu’il fut (faussement) enterré.
Le remodelage du monde musulman devrait se concrétiser dans le sang, des musulmans.
Globalement, depuis que Bouazizi s’est immolé par le feu, le monde arabo-musulman est en train de s’immoler par le feu et dans le sang de ses propres enfants.
Ce n’est pas un processus de démocratisation athéiste, mais une stratégie politique de déstabilisation. Politique qui mènera le monde arabo-musulman à une guerre par procuration (c’est déjà le cas en Syrie).

Dénoncer l’horreur des crimes et l’audace meurtrière est une chose, oublier les instigateurs directs et indirectes ont est une autre.
Dans quelques mois, on oubliera les morts égyptiens comme on oublie déjà ceux de la Syrie, et comme on a déjà oublié ceux de Gaza pour pleurer d’autres morts, d’autres victimes.
Et on pointera toujours dans une direction ou une autre, alors que la constante est la même : La Palestine est le seul territoire musulman qui a besoin de ce sang.
La mémoire musulmane moderne est courte, sélective et artificiellement façonnée pour réagir par réflexes.
A en déplaire à beaucoup, l’origine de ces troubles, outre l’aspect politique, est le sectarisme et l’avidité du pouvoir.
Et nous payons en Egypte (comme en Algérie, Afghanistan, Liban…) le prix de nos manquements. De nos mensonges contre Allah et sa religion, et nos avidités.
Nous aimons cette vie d’ici-bas. Nous l’aimons tellement que nous sommes prêts à corrompre notre voie de salut pour y demeurer, s’installer durablement et occuper un trône illusoire.
Qu’Allah éteigne cette Fitna, qu’il apaise les familles en deuils et fasse taire les marchants de sang.
Amine.

Advertisements

One thought on “Les Frères Musulmans ou l’impasse sectaire

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s